Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sifranc, précurseur de dictées paillardes

6 Mars 2006 , Rédigé par Sifranc le correcteur Publié dans #Paillardises

Engagé par l'Association des écrivains neuchâtelois et jurassiens (l'AENJ), dans trois salons successifs, j'avais dans la troisième dictée de l'édition 2017 déjà introduit dans mes textes des petites piques grivoises afin de donner du piment. Pour détendre l'atmosphère réputée tendue des séances de dictées! Mon titre faisait allusion au Mariage pour tous sans toucher à ce sujet, mais sous cette forme:

Le mariage de difficultés pour tous.

Avec à la clé une sélection de noms masculins et féminins à débarbouiller comme: un apogée, une acné, etc. Voici un extrait de cette dictée:

L’apostrophe oubliée au précédent Salon des écrivains, c’est une bagatelle. La dictée d’aujourd’hui sera transgenre. À vous donc de faire la distinction entre le masculin et le féminin. Parfois bizarre! La chienlit, c’est féminin avec la terminaison LIT, le lit où le dentiste éconduit avait trouvé sa femme avec un mâle dedans.

Il était donc question du «lit où le dentiste éconduit avait trouvé sa femme avec un mâle dedans.» Le sens imposait ici la graphie <dedans> et ceux qui n'avaient pas compris pouvaient se référer à l'adjectif éconduit signifiant <cocu>.

Lors du 1er Salon de l'AENJ, le président Thierry Amstutz m'avait conseillé de centrer mon texte sur la région viticole d'Auvernier, ce qui fut fait tout en rajoutant le mot Milvignes pour que les hôtes venant des autres cantons puissent se familiariser avec la dénomination des communes fusionnées, Bôle et Colombier. Ainsi, on joignait la connaissance avec le terroir et le savoir-faire des vignerons pour le non-filtré, avec une connotation aux libations de nos ancêtres qu'on trouve dans les chansons vigneronnes. Extrait:

De bons crus élevés sur des coteaux ensoleillés

Eh bien, on va se laisser charmer par une balade féerique sur les rives du lac de Neuchâtel. À une encablure d’un charmant vignoble, l’autoroute surchargée fera peut-être oublier à l’automobiliste pressé de s’arrêter. Dommage, il aurait pu goûter au fin nectar dont la littérature d’antan nous a narré les mystères dionysiaques célébrés ensuite par son acolyte Bacchus. De joyeuses bacchanales, libations de nos jours surveillées de près par la maréchaussée. Les danses lascives et le vin avaient des vertus aphrodisiaques appelées philtres d’amour à ne pas confondre avec le vin non filtré que les viticulteurs ont remis au goût du jour.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :