Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hommage à une pianiste en qui je n'ai pas cru

23 Juin 2008 , Rédigé par Sifranc le correcteur Publié dans #© L'Air du temps (AdT)

Certificat de la Reconnaissance musicale, 1932, décerné lors des 13 ans de ma mère.

Certificat de la Reconnaissance musicale, 1932, décerné lors des 13 ans de ma mère.

Maman aurait eu 100 ans

La musique bonne pour la mémoire: jouons chaque jour de notre vie!

L'année 2019 aurait été celle du centenaire de Maman. C'était une pianiste assidue comme l'étaient les filles de famille bourgeoise du 20e siècle. Sur l'instrument familial, j'allais toujours pianoter sans vouloir prendre des leçons. Je voulais jouer «Blueberry Hill» de Fats Domino et «Great Balls of Fire» de Jerry Lee Lewis sans passer par le solfège. 

Ainsi, j'arrive à mes 70 ans en regrettant qu'à huit ans, tout en jouant dans le sable j'aurais aussi pu enfoncer des touches de piano. Les virtuoses connus ont tous commencé vers cet âge-là.

En jouant d'oreille, je suis passé de l'accordéon à la guitare, du ukulélé à l'harmonica. Dans les années 80, Jean-Michel Jarre a révolutionné la musique en lui donnant de l'Oxygène... Le son du synthé m'a conquis et mes petites bases de piano m'ont permis de maîtriser rapidement le clavier électronique. Etant devenu un féru de programmation, je mixe des sons et crée des adaptations. Il est vrai que la musique a beaucoup évolué techniquement par rapport aux années 60.

Cette passion, que mon fils partage, je n'arrive pas à la transmettre aux jeunes du nouveau millénaire. Leurs goûts et leurs idées commencent à l'an 2000, tout ce qui précède est ringard à leurs yeux. Tu leur joues «Formidable» de Stroame, ils te répondent que c'est une vieillerie de trois ans! Ce désert musical me rappelle ce que ma génitrice a dû ressentir dans ma période yéyé.

Ma mère, frappée d'Alzheimer à 80 ans décédée sept ans plus tard  pouvait encore déchiffrer des partitions même celles que je lui proposais pour tester sa mémoire. Elle m'a joué «Say you Say me» de Lionel Richie en temps réel, main gauche main droite, avec bémols à la clé. Sauf le rythme manquait. Soudain, elle se détourna et me demanda: «Pourquoi tu pleures, Francis?»

Je venais, en vain, d'essayer de lui expliquer  sur recommandations réitérées de l'infirmière inquiète , comment respecter la posologie de ses médicaments. Un semainier devait lui venir en aide. Matin, midi, soir à la verticale et les jours de la semaine à l'horizontale. Personne n'est arrivé à lui faire entrer ça dans sa tête malade... (fc)

Repose en Paix, Maman!

La potion magique

Le petit garçon dans son bac à sable s’en est mis plein les yeux. Il se croit perdu dans son obscurité et craint d’être aveugle. Du haut de ses huit ans, l’avenir lui paraît sombre, il ne voit qu’une personne qui puisse le tirer d’affaire: sa maman. Il monte les escaliers en bois de la maison paternelle et la mère qui travaille comme régleuse à l’établi quitte tout pour porter secours à son rejeton. «Maman, j’ai du sable dans les yeux, c’est la fin du monde!» Ni une ni deux, la recette de grand-mère fait son effet: une solution de thé à la camomille attiédi dans un grand bol. L’enfant trempe un bout d’ouate dans la potion magique et tamponne ses yeux endoloris. «Maman m’a sauvé la vie, elle est toujours là quand j’ai besoin d’elle.» Cinquante ans plus tard, le même enfant se retrouve au chevet de sa vieille mère, enfermée dans le silence de sa mémoire. On ne sait plus où vont se perdre ses pensées embrouillées. Elle a perdu la recette. L’Alzheimer est passé par là comme un tsunami. C’est alors que l’enfant avance deux doigts tremblants. Et dans la quête d’une ultime potion magique, il lui ferme les paupières. Adieu maman! (fc-2006)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Très beau texte, très touchant
Répondre
S
Merci, je ne pouvais pas oublier cette date du centenaire.
H
terrible maladie que celle là.... Amitiés
Répondre
S
Très juste, ça tue lentement!